TV Chronik (version 2006/07)

L'actualite des séries télé

mardi 26 juin 2007

Jamais 2 sans 3 le samedi soir sur TF1

NY Unité SpécialeEt heureusement, je ne parle pas du nombre d'épisodes (vous savez les fameux blocs de 3 épisodes que je trouve indigestes) mais du nombre de séries. A compter du 14 juillet, New York Unité Spéciale va en effet venir s'intercaler entre Heroes et 24h Chrono.

Il n'y aura donc plus 3 épisodes de Heroes+3 épisodes de 24, mais 2xHeroes+2xNYUS+2x24h Chrono. Le visionnage de Heroes sera donc plus souple mais en revanche, ce sont les fans de Jack Bauer qui seront déçus car il faudra attendre 50 minutes de plus pour suivre les épisodes de la 5ème saison.

La programmation sera donc la suivante à partir du samedi 14 juillet :

20h50 Heroes (2 épisodes, saison 1 inédite)
22h30 NY Unité Spéciale (2 épisodes, rediffusions)
00h10 24h Chrono (2 épisodes, saison 5 inédite en clair)

(source : toutelatélé)

Posté par Nick à 19:53 - Diffusion - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Dommage que ce soit encore et toujours des redifs pour NYUS, TF1 aurait pu sortir quelques inédits pour l'occasion.

    Posté par Gaetan, mercredi 27 juin 2007 à 07:27
  • à découvrir

    Bonjour,
    Je vais intervenir sans lien avec ce qui a été dit avant et je vous prie de m’en excuser. Il s’agit pour moi de vous faire découvrir un site récemment apparu sur lequel est présenté un photographe dont les portraits de dos m’émeuvent tant que je veux le dire à tout le monde. Allez voir sur http://philippemoraly.free.fr
    Une internaute.

    Posté par Marie, samedi 30 juin 2007 à 14:07
  • confirmation

    Pour avoir consulté le site http://philippemoraly.free.fr/ conseillé par Marie et présentant quelques photographies (trop peu) de Philippe Moraly, je peux dire aussi que ces images, ces portraits d’anonymes, de passants, vus de dos sous des abribus, sont singuliers, touchants, drôles.
    Ces photos datent des années 80 mais apparaissent hors du temps, ou plutôt, dans le temps propre à ces individus pris à leur insu… d’autant plus « là » qu’ils ne savent toujours pas qu’ils ont atterri tout en couleurs encore chaudes sur un site internet 20 ans après.
    Les polaroïds « retravaillés » confirment l’univers troublant de l’auteur.
    Les titres, subtiles et décalés sont indissociables des images.
    J’espère que l’ensemble de son œuvre sera bientôt visible dans une exposition ou un livre.

    Posté par anna, samedi 1 septembre 2007 à 19:35

Poster un commentaire